L’intelligence des données, pierre angulaire d’un système énergétique fiable et propre

Back

Vision de marché, Finance Responsable

L’intelligence des données, pierre angulaire d’un système énergétique fiable et propre

  • 03 Avril 2024

Temps de lecture : 5 minutes

    Notre transition vers une énergie propre est primordiale à la lutte collective contre le changement climatique. Pour la réussir, notre système énergétique doit évoluer. Nous avons d’ores et déjà anticipé certains changements pour lesquels l’intelligence des données jouera un rôle capital.

    Le secteur de l’énergie subit actuellement une transformation sans précédent, causée principalement par le ralentissement de notre utilisation des sources d’énergie traditionnelles au profit d’alternatives plus propres et décentralisées. Ce phénomène s’explique également par l’électrification qui s’étend à de nouveaux secteurs dont le chauffage domestique, les transports et la production industrielle. Alors que seulement 23 % du système énergétique de l’Union Européenne est aujourd’hui électrifié, les estimations prévoient que ce taux devra atteindre 60 % d’ici 2050.

    • 60%

      du système énergétique de l'UE devrait être électrifié d'ici 2050

    • 23%

      de ce système énergétique est aujourd’hui électrifié

    • 22%

      de l'électricité actuelle est générée via des sources renouvelables

    Dans cette part actuellement électrifiée, moins d’un quart de l’énergie (22 %) est générée via des sources renouvelables. Ainsi, les conséquences sont claires : qu’elle provienne de l’éolien, du solaire et de l’hydraulique ou de l’hydrogène et des biocarburants, la production d’énergie renouvelable propre doit augmenter drastiquement d’ici 2050 pour répondre aux objectifs de l’Accord de Paris.

    Publication de l’étude « Data Intelligence for Clean Energy »

    Publication de l’étude « Data Intelligence for Clean Energy »

    Alors que les filières énergétiques s’orientent davantage vers le renouvelable, elles doivent surmonter une série d’obstacles pour permettre la production d’une énergie sécurisée, abordable et durable. L’équipe Infrastructure d’Ardian estime que le partage et l’intelligence des données et, de manière plus générale, la numérisation seront essentiels pour y parvenir. 

    En novembre 2023, l’équipe Infrastructure d’Ardian, en collaboration avec le cabinet de conseil Compass Lexecon, a fourni une nouvelle perspective sur les défis et les opportunités des solutions numériques tout au long de la chaîne de valeur de l’électricité. Intitulée Data Intelligence for Clean Energy, cette étude est le quatrième numéro de la série Augmented Infrastructure publiée par Ardian au cours des dernières années. Par le biais de réflexions et d’études de cas concrètes, cette publication annuelle souligne la manière dont les technologies numériques peuvent être associées à des actifs physiques pour créer une infrastructure intelligente et réactive.

    Le 7 novembre 2023, Ardian a publié cette étude à l’occasion de sa conférence annuelle. Aux côtés d’autres experts industriels, nous avons exploré et questionné le rôle-clé de l’intelligence des données pour surmonter les défis posés par la décarbonation du système énergétique européen. 

    L’équipe Infrastructure d’Ardian est l'un des principaux propriétaires et exploitants de capacités de production d'énergie éolienne et solaire en Europe et en Amérique du Nord.

    Ce n'est qu'en adoptant une stratégie digitale et en exploitant le potentiel des données que les systèmes énergétiques pourront surmonter les défis qu’il existe entre la production, la transmission, la distribution et la consommation. Des évènements tels que la COP28 donnent un nouvel élan aux discussions sur les investissements nécessaires dans les énergies propres. La numérisation devrait être au cœur de ces échanges.

    Mathias Burghardt, Directeur Général Délégué et Responsable Infrastructure d’Ardian

    Les principaux obstacles à un système d’énergie propre

    Les principaux obstacles à un système d’énergie propre

    Opérer une transition vers un système énergétique décarboné et alimenté par une large part d’énergies renouvelables n’est pas sans difficulté.

    L’éolien et le solaire sont tributaires de la météo. Ils souffrent donc du problème d’intermittence et n’ont la capacité de produire de l’énergie que lorsque les conditions météorologiques sont propices. La production d’électricité est donc sujette à des variations qu’il est nécessaire de projeter et gérer pour assurer aux consommateurs un approvisionnement fiable. 

    Durant les périodes où les conditions météorologiques sont favorables, les actifs renouvelables peuvent produire davantage que nécessaire : l’électricité étant disponible en excès sur le marché, son prix tombe ainsi en dessous de zéro. Ce problème, appelé « auto-cannibalisation » se pose lorsque le réseau met à disposition un nombre croissant d’actifs renouvelables susceptibles d’entraîner une baisse de l’attractivité des projets de développement durable auprès des investisseurs. En Allemagne, le nombre d’heures durant lesquelles les prix sont tombés dans le négatif a doublé au premier semestre 2023 comparé à l’année précédente. 

    Remplacer des sources d’énergie stables et prévisibles par une production plus dépendante du climat nécessite également de rendre le système plus flexible pour satisfaire la demande. Cela pourrait concerner la capacité à raccorder différents actifs renouvelables au réseau selon leur rendement et le niveau de la demande, ou même celle d’assurer son équilibre en répondant à une partie des besoins durant les heures creuses.

    Les réseaux électriques évoluent : d’abord alimentés par un nombre restreint de grands producteurs d’énergie, leur production est aujourd’hui assurée par des millions d’entre eux, dont la taille est plus modeste, et par des microtransactions. Veiller à une coordination efficiente et efficace deviendra donc un défi majeur à relever.
    Cependant, alors que les actifs d’énergie renouvelable sont de plus en plus nombreux, la hausse du besoin de raccordement pourra entraîner des engorgements et des encombrements sur le réseau.

    Dans chacun de ces cas, la numérisation et l’intelligence des données seront utiles pour surmonter les difficultés rencontrées. Une prévision plus précise du rendement des actifs renouvelables, basée sur les conditions météorologiques attendues, est possible grâce à l’analyse des données. Leur gestion serait alors optimisée et les excès de production évités. De manière équivalente, les solutions numériques permettent d’améliorer la qualité des prévisions et la gestion en temps réel d’un système énergétique plus complexe et décentralisé. Par conséquent, le taux de production correspond davantage à la demande et les encombrements sont anticipés, permettant ainsi à la capacité du réseau d’être sollicitée plus efficacement.

    L’équipe Infrastructure d’Ardian exploite la puissance de l’intelligence des données

    L’équipe Infrastructure d’Ardian exploite la puissance de l’intelligence des données

    L’équipe Infrastructure d’Ardian exploite d’ores et déjà le potentiel de l’intelligence des données pour gérer son portefeuille d’énergies renouvelables. L’équipe a développé Opta, un outil logiciel propriétaire, pour optimiser ses opérations et le pilotage de la gestion énergétique et des risques de son portefeuille d’énergies renouvelables.

    Ardian est convaincu qu’aucun système énergétique propre n’est possible sans investir largement, à chaque niveau de la chaîne de valeur, dans les solutions offertes par l’intelligence des données et la numérisation.

    Au-delà de surmonter ces difficultés, les solutions basées sur les données et le numérique ouvriront la voie à de nouvelles opportunités. Grâce à l’émergence de conceptions de marché innovantes et de nouveaux produits, et à l’alignement granulaire de la demande avec la production d’énergie propre et locale, ces technologies offrent de nouvelles perspectives pour faire progresser la lutte contre le changement climatique.

    Data-Intelligence-Study