Histoire de croissance

Le partenariat qui a créé un leader mondial de l’analyse de données satellitaires

  • 01 Juin 2020

  • Expansion

  • Paris, France

Temps de lecture : 4 minutes

Entretien avec CLS Group

Christophe Vassal : Initialement, dès 2013, nous avions décidé de travailler avec Ardian car l’équipe connaissait parfaitement notre activité, qui consiste à analyser des données satellitaires utilisées dans différents domaines tels que le changement climatique, la biodiversité et la gestion des pêches. Grâce à sa présence internationale ainsi qu’à son statut d’investisseur institutionnel, Ardian était un investisseur très rassurant aux yeux de notre actionnaire principal, le Centre national d’études spatiales (CNES), qui n’avait jamais accepté de s’associer à une société d’investissement par le passé.

Caroline Pihan : Lorsque nous avons découvert CLS, nous ciblions l’un de ses fournisseurs et nous avons été tout de suite intéressés. CLS comptait sur des employés de longue date, dotés d’une considérable expertise technologique, et dominait plusieurs marchés de niche à forte croissance avec d'importantes barrières à l’entrée. Nous pressentions que la société devait accélérer sa stratégie de croissance externe et nous savions comment l’y aider.

  • 5

    build-ups pendant la période de détention d’Ardian

Christophe Vassal : Nous avions déjà réalisé cinq acquisitions de petite taille, mais Ardian estimait que nous devions passer à la vitesse supérieure en ciblant des sociétés plus importantes pour accroître notre présence en dehors de l’Europe. Nous avons entamé des négociations avec Horizon Marine et Woods Hole Group aux États-Unis juste après l’investissement d’Ardian et nous avons également approché TRE en Italie. Les moyens financiers et l’expertise d’Ardian ont fait toute la différence. Notre actionnaire principal était très solide d’un point de vue stratégique et technique, mais il ne disposait pas de fonds à investir dans le cadre d’acquisitions plus conséquentes ni de l’expertise financière nécessaire à l’évaluation d’investissements et à la réalisation de due diligences. L’avantage d’avoir Ardian à nos côtés était que nous étions challengés sur des domaines que le CNES ne remettait pas en question, à l’instar de notre évaluation financière des sociétés ciblées.

Caroline Pihan : Nous avons su tisser une relation de confiance productive avec Christophe et son équipe car ils ont toujours été très ouverts d’esprit et à l’écoute de nos suggestions. Cela nous a permis de bien progresser ensemble. Nous avons chacun apporté des compétences différentes dans ce partenariat et l’équipe d’Ardian, notamment dans des domaines tels que le reporting financier et les acquisitions qui ne sont pas si communs dans les entreprises du secteur public.

  • 720

    collaborateurs dans 26 bureaux couvrant 198 pays

Christophe Vassal : C’est vrai. Avant l’investissement, nos processus étaient très basiques et Ardian nous a considérablement aidés pour notre reporting financier et le renforcement de notre équipe Finance. Autre évolution que nous lui devons : la sensibilisation au développement durable et à la responsabilité sociale. Même si notre domaine d’activité concerne la protection de l’environnement et des ressources de la planète, nous n’avions pas de politique formelle pour notre responsabilité sociétale et environnementale. Avec l’aide de plusieurs consultants, Ardian nous a permis de répondre à certaines problématiques et de mieux faire valoir notre mission principale. Ce fut une initiative d’Ardian.

Caroline Pihan : Bien évidemment, nous voulions aider Christophe et son équipe à développer la société et à réussir financièrement, mais le rôle de CLS dans des domaines tels que la protection de l’environnement et le suivi climatique représentait un autre attrait majeur. Cela était pleinement en phase avec la priorité que nous accordons nous-mêmes au développement durable dans toutes nos activités. Cette priorité est inscrite au coeur de notre mission depuis déjà plus de 20 ans. CLS était une société parfaitement alignée avec ces impératifs et nous pouvions l’accompagner pour aller encore plus loin.

  • € 130 M

    de chiffre d’affaires en 2019 contre 90 millions d’euros au moment de l’investissement

Christophe Vassal : Je pense que nous avons réellement mesuré la qualité de notre relation avec Ardian en 2016 et 2017. Nous avions atteint un stade où nous devions faire évoluer les choses en interne et nous transformer nous-mêmes pour répondre à la concurrence accrue et accélérer l’innovation. Les satellites sont à l’image des besoins de nos clients : mondiaux. Nous devions être plus proches de nos clients et gagner en souplesse. Nous nous sommes réorganisés en cinq départements pour répondre au mieux à des marchés spécifiques et nous avons investi dans nos bureaux pour créer un environnement de travail plus agréable. Nous n’étions pas sûrs que cela porterait ses fruits et bien d’autres investisseurs auraient jeté l’éponge, mais Ardian nous a soutenus. Malgré l’impact négatif à court terme sur nos chiffres, ces changements ont finalement donné des résultats et les deux dernières années ont été fructueuses.

Caroline Pihan : Lorsque Christophe nous a dit qu’il était temps de repenser l’organisation et d’adopter une approche plus commerciale, c’était évidemment risqué pour nous mais nous lui avons fait confiance. Avec son équipe, il a mis en place la nouvelle structure et cela s’est traduit par une excellente performance en 2018 et 2019. Dans l’ensemble, il s’agissait de l’investissement parfait pour nous car la société était solide d’un point de vue technologique, ses marchés connaissaient une croissance rapide et nous pouvions lui apporter d’autres compétences et soutenir sa stratégie d'acquisitions créatrice de valeur. Notre relation était complémentaire et fondée sur une confiance mutuelle.